Accueil

Bienvenu au « Canard qui fume », où j’ai installé mon atelier ce printemps. La chose était en projet depuis longtemps, mais cette année j’ai enfin migré vers le Lot, adieu la grisaille. Cette ancienne auberge au passé festif sulfureux, abrite maintenant un anar vieillissant – qui s’y trouve comme un poisson dans l’eau – et ses couteaux…

canard carte postale
le « Canard » dans sa splendeur passée, mais la vieille dame a encore de beaux restes…

A l’abri de la chaleur – ou presque – sous la terrasse couverte à l’arrière de cette auberge du siècle passé, je peux y donner libre cours à mon imagination – ou la vôtre – en modifiant totalement des couteaux Opinels, Laguioles ou autres selon les possibilités.

Votre couteau préféré – pliant ou non – n’est plus de première jeunesse..? Je peux lui redonner une seconde chance…

J’y restaure aussi de vieux outils. Quand j’ai le temps j’aime travailler sur des haches « viking », des tomahawks ou des haches « médiévales ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On y travaillerai par plaisir, non? En tous cas, si ce n’est pas le paradis, on en est pas loin… Et chez nous, on aime pas trop consommer, alors seules les planches pour l’établi et la table de travail ont été acheté en scierie locale, le reste est quasi de la récup et/ou des montants de palettes rabotés et poncés. Les machines – sauf le Bench grinder – ont été également remises en état, ainsi que les étaux qui étaient perclus de rouille… et jusqu’à présent tout tient la longueur.

Au  plaisir de vous y rencontrer, ou sur un marché lotois,

Dom

■   ■   ■

L’atelier a pris ses quartiers d’hiver à l’intérieur, la terrasse étant bien plus accueillante en été qu’en hiver… et les pluies s’obstinant à percer son toit.